Cadeau de noël aux chrétiens

Selon l’évangile des Toledoth : « Aux jours du deuxième Sanctuaire, étant Tiberio l’empereur, et aux jours de Hérode II d’Israël, qui avait commis des actions déshonorantes, comme nous raconte le Josippon (livre de nouvelles et d’histoire hébraïque), en ce temps-là il y avait un homme de la souche de David qui s’appelait Joseph et sa femme Marie ; il était timoré de Dieu et disciple du Rabbin Shimon ben Shatach. Un homme méchant habitait à côté de sa maison ; il s’appelait Jochannan, il était un criminel et un adultère. Marie était une femme très belle, et le méchant Jochannan voulait la posséder. Donc il la suivait mais sans qu’elle pouvait s’en apercevoir.

Dans le mois de Nissan, à la fin des Pâques, le samedi à minuit, pendant que Joseph se rendait au temple pour des cérémonies, le méchant se leva pendant la nuit et se mit devant la porte de la maison. Lorsque Joseph sortit, Jochannan entra en silence et coucha avec Marie, pendant qu’elle criait, en croyant que c’était son mari : « Mon Seigneur, mon Seigneur, pourquoi tu couches avec moi ? Tu ne sais pas que j’ai mes règles et que je suis donc impure ? Eloigne-toi, ne fais pas cet horrible acte, ne suscite pas la colère divine ». Mais le méchant coucha avec elle et elle tomba enceinte de lui. Jochannan sortit de la maison, mais retourna pour coucher de nouveau avec Marie. Elle se révolta de nouveau mais, en croyant que c’était son mari, elle lui dit : «Il ne suffisait pas offenser Dieu une seule fois ? Tu est retourné une deuxième fois ? ». Après avoir couché avec elle une deuxième fois se retira chez lui. La femme pleurait et se battait le visage pour le pêché qu’elle avait commis.

A l’aube, lorsque Joseph rentra à sa maison, il trouva sa femme qui pleurait. Alors il lui demanda pourquoi elle pleurait et elle répondit : « Cette nuit nous avons commis un pêché trop grave : tu as couché avec moi deux fois même si tu savais que j’avais mes règles, sans avoir peur de Dieu ! Qu’est-ce qu’il te dira le jour du jugement ? »

Joseph lui répondit : « Mais tu es folle ! Peut-être que tu rêvais et tu pensais que c’était moi ! ». Et même si Joseph avait compris que son voisin était le coupable, il ne dit rien à sa femme. Le jour même, il se rendit chez le Rabbin Shimon ben Shatach son maître. Celui-ci, après avoir entendu ce qui s’était passé, lui répondit : « Je sais que tu n’as pas de témoins, donc la seule chose que tu peux faire pour savoir si l’enfant qui va naître appartient à Jochannan, c’est de noter la date ».

Mais Joseph pensait que s’il restait à Jérusalem, il aurait eu honte et méprise pour ce qui s’était passé, vu que tous savaient qu’il n’avait jamais eu de contact avec elle. Pour cette raison, il décida de déménager en Babilonie et laisser sa maison à sa femme. Après neuf mois, Marie accoucha son fils, et l’appela comme son oncle, le frère de sa mère, Jehoshua. La circoncision eut lieu lorsqu’il avait huit jours. Marie, vu qu’elle ne savait rien de ce qui s’était passé, était convaicue que Jehoshua était fils de son mari Joseph, même si tout le monde connaissait la vérité parce que Jochannan le méchant avait tout raconté aux habitants de son pays. Tout le monde parlait de cette nouvelle, tandis que Marie ne savait rien. Lorsque Jehoshua avait grandi, elle l’inscrit dans une école pour apprendre la Torah et il était si! intelligent qu’en un seul jour il apprenait ce que les autres comprenaient en une année entière. Depuis ce jour, les rabbins ont dit : « Les bâtards sont intelligents mais ils le sont encore plus s’ils sont fils d’une femme qui a ses règles ».

Joseph se trouvait en Babilonie, à deux mois de distance de son pays. Il ne demanda jamais de sa femme et resta là pendant toute sa vie. Un jour, pendant une dispute avec ses amis, Jehoshua sut qu’il était un bâtard fils d’une femme qui avait ses règles. Rentré à la maison, il raconta tout à sa mère et, lorsqu’elle fut certaine qu’il disait la vérité, elle était si bouleversée qu’elle lui enleva le nom de Jehoshua, le nom de son oncle, et l’appela Jésus. »

Ce qui étonne le plus de cet évangile c’est le réalisme qu’il exprime lorsque, en contradiction avec les autres mais toujours en réspectant la chasteté de Joseph, on fait naitre Jésus-Christ grâce à un fécondation qui n’est sûrement pas liée à celle réalisée par le Saint Esprit. Quatre versions qui nous racontent la naissance de Jésus-Christ, quatre récits différents chacun desquels s’est inspiré à une propre crèche, une crèche qui ne pourrait représenter rien d’autre que le début d’une fable : « La Fable de Christ ».

En vous souhaitant de bonnes fêtes.

Luigi Cascioli. (La fable de christ)
Noël est une fête très ancienne dans toute l’Europe pour célébrer le solstice d’hiver et le retour de journées plus longues. Elle devient plus tard une fête religieuse célébrant la naissance de Jésus-Christ. Elle garde aujourd’hui cette double identité. Elle se déroule le 25 décembre de chaque année ou plus précisément dans la nuit du 24 au 25 décembre. Les peuples préhistoriques adoraient la lumière et ils avaient construit des temples qui aidaient à comprendre l’arrivée des saisons pour les premiers agriculteurs européens, les hommes du néolithique. Dans le temple mégalithique de Newgrange en Irlande, la lumière du soleil ne rentre que le jour du solstice d’hiver, le 25 décembre. Les Celtes faisaient de grands feux aux solstices pour lutter contre les ténèbres. Ils avaient très peur de ces périodes sombres avec le jour plus court mais en même temps, ils savaient que le soleil allait réchauffer le sol et les plantes. Les Romains fêtaient les Saturnales du 17 au 25 décembre, les hommes et les femmes portaient alors des guirlandes autour du cou et s’offraient toutes sortes de cadeaux. Un peu plus tard, sous l’empire romain, le 25 décembre devint la fête du « soleil invaincu » avec une des divinités solaires représentée par un enfant nouveau-né. La religion chrétienne qui célébrait jusqu’au 3ème siècle la naissance du Christ le 6 janvier (anciennes saturnales romaines) décida en 354 que le 25 décembre deviendrait la date de la naissance de Jésus Christ. Le 25 décembre est une fête qui regroupe de nombreuses croyances très anciennes avant de devenir une des dates les plus importantes du calendrier chrétien.

Humour mécréant Au confessionnal : Une paroissienne :
– Mr le Curé, je voudrais dire que le fils du maire, c’est un fils de pute.
– COMMENT !!! Mais on ne peut pas dire ça !!
– Si, Mr le Curé, le fils du maire est un fils de pute.
– NON, On n’a pas le droit de le dire …
– Si, Mr le Curé, le fils du maire est un fils de pute.
– Bon, et bien raconte …
– Et bien l’autre jour, il m’a mis la main sur le genou.
– Regarde, je te mets la main sur le genou, et je ne suis pas un fils de pute…
– Oui, mais lui il m’a caressé la cuisse …
– Regarde, je te caresse la cuisse, et je ne suis pas un fils de pute …
– Oui, mais lui, il a mis sa main dans ma petite culotte
– Mais enfin, regarde, je te mets la main dans ta petite culotte, et JE NE SUIS PAS UN FILS DE PUTE.
– Oui, mais lui il me l’a enlevée, et m’a prise par terre.
– Mais regarde, je t’enlève ta petite culotte, je te prends sauvagement par terre, et je ne suis toujours pas un fils de pute …
– Oui, mais lui il avait le SIDA …
– Ah LE FILS DE PUTE !!!

Quelle est la différence entre un sapin de noël et un curé ? Aucune, car dans les deux cas, les boules servent uniquement à la décoration !

Par : Labidi Karim Mohamed

Comments

comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here